Projet Banana

Outil d’aide à la décision pour piloter une stratégie phytosanitaire contre la cercosporiose noire.

ModélisationCulture bananièreProtection phytosanitaire

Une maladie redoutable

Identifié pour la première fois aux Fidji en 1963, ce champignon microscopique (Pseudocercospora fijiensis) a fait son apparition en Guadeloupe et en Martinique dans les années 2010-2012. Il représente aujourd’hui l’une des principales menaces pesant sur la production de bananes dans le monde.

Les attaques portent en priorité sur les jeunes feuilles fraîchement déployées qui, en l’absence de moyen de contrôle, se dessèchent en quelques semaines. Ces nécroses entraînent des pertes de rendement importantes et une maturation précoce des fruits qui réduisent les possibilités d’exportation.


Avancement

100

En production

Vers une stratégie de lutte raisonnée

Des moyens de lutte chimique existent mais la fréquence élevée des traitements dans les pays soumis à une forte pression rend l’opération de plus en plus coûteuse et provoque l’apparition de souches résistantes. Conscients de cette impasse et soucieux de leur impact sur l’environnement, certains producteurs font aujourd’hui le choix d’une lutte raisonnée reposant sur des systèmes d’avertissement biologique.

Développés par le CIRAD depuis les années 1980, ces systèmes experts permettent de détecter au plus tôt l’apparition des premiers symptômes grâce à un réseau de parcelles référentes sur lesquelles des observations sont réalisées chaque semaine. Les applications de fongicides sont ainsi positionnées au moment le plus pertinent et non de manière systématique comme c’est le cas pour les stratégies de lutte conventionnelles.

Cette méthode a fait ses preuves dans des contextes de production très variés (Cameroun, Côte d’Ivoire, Antilles, République Dominicaine, Bélize…), où elle a permis à la fois une réduction du nombre de traitements et une augmentation de leur efficacité. Sa mise en œuvre dans un cadre opérationnel se heurte toutefois à l’absence d’outil dédié et adapté aux contraintes du terrain, ce qui représente une source importante d’erreurs d’observation et de pertes d’information.

Objectifs de l’OAD

itk participe activement au transfert de connaissances et de moyens vers les filières de production. Développé en collaboration avec le CIRAD, l’OAD BANANA fournit une version améliorée des systèmes d’avertissement mis au point contre la cercosporiose noire. Simple d’utilisation, il favorise la diffusion des bonnes pratiques phytosanitaires à une échelle territoriale.

Fiabiliser la saisie des observations sur le terrain en évitant toute erreur de comptage

Sécuriser et pérenniser l’historique des données épidémiologiques

Automatiser le calcul des indicateurs utilisés pour déclencher ou non les traitements

Faciliter l’interprétation de l’état d’évolution de la maladie

Visualiser le niveau de pression fongique à l’échelle territoriale

Premiers utilisateurs

En Martinique, la coopérative BANAMART dispose de son propre service technique en charge des recommandations de traitements et de la distribution des fongicides aux producteurs : la SICA CERCOBAN. Ses techniciens utilisent la méthode d’avertissement du CIRAD depuis plusieurs années mais ne disposaient jusqu’à présent d’aucun outil performant leur permettant de sécuriser leurs observations. Assistée par les équipes du CIRAD et d’itk, la SICA CERCOBAN teste actuellement l’outil BANANA dans sa toute première version. Ce premier déploiement permettra de valider et améliorer l’expérience utilisateur.

Les partenaires

Vous souhaitez obtenir des renseignements sur Banana ?