fbpx

Le confinement lié à la crise sanitaire de la covid-19 a obligé de nombreuses entreprises à évoluer rapidement et à adopter massivement la pratique du travail à distance. Quelles nouvelles pratiques vont émerger de cette période inédite et quelle sera l’évolution de l’organisation du travail ?

Changement des habitudes

Lorsque le type d’activité s’y prêtait, chacun a été contraint de télétravailler depuis chez lui. Ce confinement a amené certaines entreprises initialement réticentes au télétravail, à adopter la pratique, pour maintenir à tout prix leur activité. A cette occasion, de nouvelles habitudes et rituels ont vu le jour au sein des organisations, afin de garder du lien entre les salariés : afterwork en visio, pauses café recréées virtuellement, réunions Zoom…

Lire notre article : Rituels : afterworks, pause café, comment les collaborateurs gardent le lien chez itk

Cependant, le télétravail peut faire émerger de nouveaux risques. Le confinement a créé de nouvelles conditions dans la pratique du télétravail et la frontière qui sépare vie professionnelle et vie privée s’est réduite. Les entreprises ont dû être davantage attentives à la santé de leurs collaborateurs et aux potentiels risques de burn-out. Les réunions en visio-conférence se multipliant, la fatigue s’est accrue. Certains collaborateurs ont passé des journées complètes dans différentes réunions virtuelles sans arriver à s’échapper du flux incessant : c’est ce qu’on a appelé le « Zoom Burnout ».

Parmi ceux qui avaient de bonnes conditions d’aménagement à la maison, certains ont pris goût à cette nouvelle organisation du travail permettant plus de flexibilité, moins de temps passé dans les transports et ainsi une vie professionnelle globalement moins stressante. Dans ce contexte incertain où les règles de distanciation sociales doivent être appliquées, quelles sont les nouvelles pratiques du télétravail de demain ?

De nouvelles tendances se dessinent

L’élargissement de la pratique du télétravail semble convenir à la plupart des actifs qui ont une typologie d’emploi appropriée, en France et dans le monde. D’après une étude réalisée par LinkedIn Actualités, sur 32. 000 professionnels ayant répondu à l’enquête, 56% souhaiteraient télétravailler au moins 1 à 2 jours par semaine.


Certains grands groupes ont pris la décision d’autoriser le télétravail jusqu’à la fin de l’année (Facebook et Google). Twitter a pris des mesures plus radicales puisque l’entreprise autorise ses collaborateurs à continuer le télétravail de manière permanente, même lorsque la crise de la covid-19 sera terminée. Seuls les collaborateurs qui, à travers leurs missions, doivent être présents physiquement devront réintégrer les bureaux. (Source : Les Echos)

Toutefois, comment concilier le télétravail et les avantages du travail en présentiel, tout en respectant les règles de distanciation sociale ?

Une organisation du travail flexible, alliant télétravail et présentiel, semble être la meilleure approche pour les entreprises. Cette nouvelle flexibilité se développe, non sans soulever de nouvelles questions : faut-il mettre en place des bureaux flexibles dédiés ? à quel rythme ? pour qui ? Ces questions trouveront des réponses sans aucun doute dans les mois qui viennent et itk fait partie des entreprises qui associeront leurs équipes dans le cadre d’une réflexion globale sur les espaces de travail de demain.

Predict and Decide