Les vignerons doivent s’adapter à des températures de plus en plus élevées et un déficit hydrique de plus en plus précoce. Cette évolution climatique a des conséquences importantes sur les rendements et la qualité des récoltes. De nombreux vignerons font aujourd’hui le choix d’irriguer pour assurer la pérennité de leurs vignobles. La connaissance de l’état hydrique de la vigne est alors une donnée essentielle à la mise en place d’une irrigation raisonnée, adaptée aux besoins réels de la plante.

Dans les AOC, l’autorisation d’irriguer est soumise à dérogation entre le 1er mai et le 15 août lorsque le cahier des charges le permet. Les Organismes de Défense et de Gestion (ODG) adossés aux appellations doivent effectuer une demande argumentée auprès de l’INAO en spécifiant pour chaque millésime les conséquences négatives du niveau de contrainte hydrique subie. Pour étayer cette demande, ils s’appuient habituellement sur un référentiel de parcelles représentatives des différents secteurs de l’appellation. La décision d’irriguer implique pour les exploitations viticoles un abaissement du rendement maximal autorisé.

 

En Provence, la société Racine SAP propose depuis 2018 un service d’irrigation de précision utilisant notre solution Vintel® avec le support technique de l’entreprise Ag-Irrig. « Notre mission est d’accompagner les viticulteurs mais également d’intervenir à l’échelle de la filière pour leur donner la possibilité d’intervenir. L’utilisation des Nouvelles Technologies à ces deux échelles (viticulteurs et ODG) sont complémentaires et révèlent la force de ces OAD, parties intégrantes de notre agriculture de demain » précise Charlène Janin – Responsable des services chez Racine (Groupe Perret).

Après l’épisode de gel survenu fin mars, ce sont souvent les bourgeons secondaires qui ont pris le relais avec quelques jours ou semaines de retard, obligeant les vignes à puiser davantage dans leurs réserves. Les données des stations météo montrent par ailleurs couplé à une hausse brutale des températures à partir de mi-juin. Des conditions agro-climatiques qui ont entraîné dans plusieurs secteurs une diminution rapide de la réserve utile des sols.  Le gel de mars a demandé à la vigne de puiser dans ses réserves pour constituer des rameaux. De plus, les températures ont subi des hausses brutales mi-juin et ainsi une transpiration importante provoquant alors une diminution précoce de la réserve utile.

 

Depuis l’an dernier, Racine, Ag-Irrig et itk assurent le suivi hydrique de 10 parcelles référentes pour le compte de l’ODG Côtes de Provence. Fin juin, les mesures de chambre à pression réalisées par Racine et Ag-Irrig ont permis de confirmer la chute accélérée de la disponibilité en eau du sol et du potentiel hydrique de base simulés par Vintel®.

Cette saison, l’ODG Coteaux Varois en Provence a bénéficié pour sa demande de dérogation du même accompagnement sur 5 parcelles référentes.

Les deux ODG préconisent pour les viticulteurs une irrigation maîtrisée durant la croissance de la baie afin d’aboutir au profil de vin rosé souhaité par les appellations. Une contrainte hydrique avant la véraison entraine des pertes de rendement pouvant se répercuter sur plusieurs millésimes, mais aussi une diminution du potentiel œnologique des raisins.

Les simulations Vintel® ont été utilisées pour suivre l’avancée de la contrainte hydrique en ce début de saison 2020 sur les deux appellations. Le 24 Juin 2020, l’ODG Côtes de Provence a envoyé un dossier de demande de dérogation à l’INAO qui a été acceptée. L’ODG Coteaux Varois en Provence a aussi reçu l’accord d’irriguer à la suite de l’envoi du dossier le 7 Juillet 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *